AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un bon moyen pour équilibrer nos finances publiques:

Aller en bas 
AuteurMessage
guillaume
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 590
Localisation : Montréal, Q-U-É-B-E-C ;-)
Date d'inscription : 26/02/2005

MessageSujet: Un bon moyen pour équilibrer nos finances publiques:   Ven 8 Fév - 19:36

....supprimer le Parlement, institution coûteuse et superflue s'il en est. François Asselineau, en ancien inspecteur général des Finances qu'il est, en est arrivé à cette conclusion.

TOUT DOIT DISPARAÎTRE
Par François Asselineau
Le Parlement a voté lundi 4 février, en catimini, une réforme de la Constitution qui met un terme aux principes mêmes de la République. Aujourd'hui, il s’apprête à ratifier la Constitution européenne rejetée par 55% des Français. Serait-ce donc que le Parlement ait du pouvoir ? Pas du tout, cela signifie simplement que le Parlement n’est plus qu'un théâtre d’ombres, digne d’une dictature bananière. Nos parlementaires ne sont plus que des pantins, votant comme l’exigent ceux qui dirigent désormais la patrie de Montesquieu et de Clémenceau depuis Washington, Bruxelles et Francfort.

Une irritante situation de larbin

Cette situation de parlementaire-larbin est rémunératrice mais elle est humiliante. Tellement humiliante que certaines personnalités, au caractère un peu plus trempé que d’autres, ont parfois envie d’aboyer, pour cacher la marque du collier qu'ils portent au cou.

Le député UMP de Paris, Claude Goasguen, est de ceux-là. L’agence France Presse nous informe qu'il vient tout juste de taper du poing sur la table en « avertissant » que « si les engagements pris » [par qui ???] « pour revaloriser le rôle du parlement ne sont pas tenus », « il va y avoir du chambard après les municipales ».

Bigre ! Cette déclaration, qui se veut martiale, donne surtout envie de hausser les épaules. Car cela fait maintenant des années que l'on se demande comment « revaloriser le rôle du parlement ». M. Goasguen « chambarderait » davantage la vie politique française s’il avait le courage de poser publiquement la question centrale : pourquoi diable le « rôle du parlement » doit-il être « revalorisé » ?


La réponse n’est pas sorcière et tout le monde la connaît. Mais elle est interdite d’antenne et de média.

Si le rôle du parlement doit être revalorisé, c'est parce que l’Assemblée Nationale et le Sénat ne servent pratiquement plus à rien : plus de 85% de leur travail consiste désormais à « transcrire dans le droit français les directives européennes », c'est-à-dire à voter des lois qui ont été décidées par des fonctionnaires étrangers dont les Français ignorent jusqu’à l’existence même.

En clair, pratiquement tout est décidé à Washington (notamment par les lobbys privés américains, extrêmement actifs dans toutes les institutions dites « européennes »), à Bruxelles ( Commission européenne), à Luxembourg (Cour Européenne dite « de Justice ») et à Francfort (Banque Centrale Européenne).

Du coup, le travail des députés et sénateurs français est devenu comparable à celui d'un greffier ou d'un conservateur des hypothèques : il ne s’agit plus que d’enregistrer les décisions prises par ceux qui ont transformé la France en une colonie sous domination euro-atlantiste.

La solution au problème posé par M. Goasguen est donc simple : pour « revaloriser le rôle du Parlement français », il faudrait « dévaloriser le rôle de la Commission européenne ». Car le problème est bien celui des vases communicants : plus l'on transfère de pouvoir à l’Union européenne et moins il en reste à Paris.

Cette évidence, les parlementaires français se refusent à la voir, ce qui donne lieu à cette situation qui serait cocasse si elle n’était pas si grave.

M. Goasguen, comme l’écrasante majorité de ses collègues parlementaires, tempêtent contre la « dévalorisation » de leur rôle.

Mais ce sont eux-mêmes qui sont leurs propres fossoyeurs puisqu’ils viennent, M. Goasguen en tête, de voter Oui à la réforme de la Constitution française et Oui à la ratification de la Constitution européenne rebaptisée « Traité de Lisbonne ». Traité qui a pour effet de transférer quelque 70 nouveaux domaines à la compétence de l’Union européenne !

Ainsi donc le législateur se rebiffe d’être devenu un greffier, mais c'est lui-même qui a décidé de le devenir !

En matière de schizophrénie politique, on a rarement vu plus burlesque.

Un ennuyeux travail de greffier

Evidemment, être un greffier sans pouvoir lorsque vos électeurs croient que vous êtes un nouveau Condorcet, cela n’a rien d’excitant. Il faut donc le cacher et faire semblant. Mais comme le travail de greffier ennuie tout le monde, les députés et sénateurs se mettent aux abonnés absents. Et les ministres aussi. C'est justement ce qu’a dénoncé M. Goasguen : au moins que les ministres viennent s’ennuyer, comme tout le monde, à faire semblant de légiférer pour un pays qui est dirigé par d’autres. Non mais !

Ce « coup de gueule » de M. Goasguen ne changera évidemment rien du tout. Le Sénat et l’Assemblée Nationale sont devenus des palais fantômes.

Des groupes de touristes corréziens ou des enfants des écoles y croisent parfois une poignée de parlementaires, qui s’ennuient encore plus chez eux que sous ces lambris. Des contingents d’huissiers à chaîne baîllent en regardant leur montre avec concupiscence pour compter leurs « heures sup » à attendre dans le vide. Les gestionnaires de ces beaux espaces, désoeuvrés, transforment le Palais Bourbon ou le Palais du Luxembourg en musées de peinture, des sortes d’annexes du Grand Palais. Tout le monde attend la fin.

Conclusion

Le rapport Attali a commis un gros oubli : il faut supprimer l’Assemblée nationale et le Sénat.

Ces deux mastodontes coûtent très très cher au budget de l’Etat : plus de 800 millions d’euros pour les deux assemblées, soit quelque 5 milliards de francs lourds.

Evidemment, la suppression du Parlement fait un peu mauvais genre.

Mais finalement, puisque l’on supprime la République, le référendum et le peuple, les élites qui font semblant de nous gouverner ne vont quand même pas faire les chochottes, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vianney
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1767
Localisation : poitiers
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Un bon moyen pour équilibrer nos finances publiques:   Dim 10 Fév - 13:09

C'est à cause des ces sujets qu'il est hors de question que j'adhère au modem même si je suis sur une liste soutenu par ce parti...

Après les municipales je vais m'intéresser de plus près à Dupont Aignan..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lardeau.net
 
Un bon moyen pour équilibrer nos finances publiques:
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Homeschooling", le seul moyen pour éduquer les enfants catholiquement
» Peut-on se fier à nos sens pour cerner quelqu'un?
» Leçon pour 4AM
» TFE: L'art comme moyen de communication dans une autre culture
» LE PROJET DU RAYON BLEU

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le forum de lardeau.net :: les thémes : :: le coin des copains-
Sauter vers: